Russell Glacier, Greenland, the Arctic

Conduire dans

des lieux extrêmes

Conduire dans l'Arctique

L'Arctique se trouve au sommet du monde, entouré d’un océan profond couvert par la banquise à la dérive, de continents et d'archipels gelés. Toutefois, cela ne signifie pas nécessairement que la région entière n'est que neige et glace. En fait, le lieu de la toute première course de sport automobile au Groenland met en évidence ce problème poignant.

La première étape de la série de courses Extreme E se déroulera au bord du glacier Russell, sur un terrain qui, il y a quelques années encore, était recouvert d'une masse de glace qui reculait lentement. Aujourd'hui, les conditions de conduite à cet endroit sont déterminées par des rochers, du sable et des graviers, car le changement climatique fait lentement fondre ce qui était autrefois de la glace perpétuelle. Le terrain accidenté constituera un défi pour les conducteurs, et plus particulièrement pour leurs voitures et leurs pneus. La principale difficulté à laquelle seront confrontés les véhicules électriques à hautes performances consistera à maintenir l'adhérence et la traction sur des surfaces peu fiables tout en roulant à grande vitesse.

En revanche, les équipes pourraient avoir jusqu'à 24 heures de lumière du jour pendant les jours les plus longs de l'année. Voici quelques-uns des défis de conduite qui transcendent la lumière du soleil, auxquels les concurrents de l'Extreme E seront confrontés au Groenland.

Fonte record de la glace au Groenland à l'été 2019

0
milliards de tonnes de glace perdues en un jour (30/07/2019)
0
milliards de tonnes de glace ont fondu en un mois
0
de la surface glacée de l’île à fondu

Nous considérons un glacier comme une masse de glace massive, se déplaçant lentement. Cependant, cette masse arrache également des débris par le bas, s'amassant progressivement et se déplaçant le long des rochers, du gravier et du sable. Au fur et à mesure que les glaciers fondent et se retirent, les sédiments sont laissés derrière. Le glacier Russell du Groenland est entouré de masses rocheuses de toutes tailles. Les roches les plus grosses constituent la plus grande menace pour les pneus, en particulier pour les parois latérales.


Le Continental CrossContact est un pneu tout-terrain haute performance qui a été conçu et fabriqué spécialement pour les conditions extrêmes de l'Extreme E. Sa bande de roulement a été conçue pour améliorer la traction et la stabilité sur pratiquement toutes les surfaces, mais sur un terrain aussi accidenté, il est impossible d'empêcher d'autres parties de la roue d'entrer en contact avec le sol. Dans ce cas, les bords larges et tranchants des pierres, des rochers et des roches éparpillés sur le parcours de la course pourraient présenter un risque pour le flanc en caoutchouc, l’endroit le plus vulnérable du pneu.

Cette étape de l'Extrême E se déroulera sur un terrain rocheux afin de mettre en évidence la menace que représente le réchauffement climatique pour l'Arctique. Ce terrain peut sembler moins problématique que la conduite sur la neige et la glace, que les gens associent traditionnellement à la région, mais en réalité, les rochers, le sable et le gravier sont extrêmement délicats à manœuvrer. Il est donc utile d'avoir un bon pneu tout-terrain. La bande de roulement du Continental CrossContact est constituée de gros blocs et d'un dessin de la bande de roulement qui en fait un pneu idéal pour les surfaces molles comme le sable et le gravier. Il comporte également une caractéristique spéciale qui permet de faire ressortir les pierres qui pourraient se coincer dans le pneu. Pour cette étape de la course, l'équipe peut choisir de réduire légèrement la pression du pneu afin d'améliorer les performances.

Il faut noter que sur des terrains instables et en mouvement, les pneus ne peuvent pas trouver la traction nécessaire pour un contrôle stable. Le principal conseil à suivre pour la conduite sur le sable et le gravier est de rouler lentement et régulièrement, mais comme il s'agit d'une course, la vitesse n'est pas facultative ! Les conducteurs devront plutôt se concentrer sur la régularité. S'ils limitent au maximum les changements de direction soudains, accélèrent et freinent en toute connaissance de cause, et gardent un rythme régulier pour éviter de s'enliser, les pneus les aideront à rester sur la bonne voie. 


Au Groenland, les concurrents de l'Extreme E rouleront pendant de longues journées d'été relativement "chaudes". En termes de température et de lumière, l'Arctique en été peut en fait offrir des conditions de conduite hors route parfaites. Contrairement à certaines autres destinations de l’Extreme E, les conducteurs n'auront pas à lutter physiquement contre la chaleur et l'humidité, ni à lutter contre la mauvaise visibilité. Le principal problème pour les conducteurs sera le terrain accidenté, instable et imprévisible sous les pieds (ou plus exactement sous les pneus) - et la concentration inébranlable que cela requiert.

Saviez-vous que Continental était le Partenaire Fondateur de l'Extreme E?

Suivez toutes nos actualités en lien avec Extrême E,  cette série de courses aux nouveaux challenges en matière de performance et de sécurité en eMobility  (mobilité électrique).