Pneus Poids Lourd

ContiConnect™

Graf Transporte et ContiPressureCheck™

Du lait dans les citernes et du diesel dans le sang: le transport du lait en Suisse profite du système de contrôle de la pression des pneus de Continental

Quel est le rapport entre le lait et le système de contrôle de la pression des pneus de Continental? C’est très simple: le secteur agricole suisse est très actif et compte  près de 678 000 vaches laitières  qui fournissent la matière première la plus importante du pays à ses quelque 8,7 millions d’habitants. Daniel Graf, directeur de la société Graf Transporte, s’est justement spécialisé dans le transport de cette matière première. Ses chauffeurs et lui-même parcourent les routes suisses 365 jours par an par tous les temps afin de relier 450 fermes laitières dans des lieux parfois très reculés. Dans ce cadre, Daniel Graf mise sur le système ContiPressureCheck™ pour assurer une sécurité optimale des pneus à tout moment. Les chargements, le trafic et la météo représentent en effet des défis parfois extrêmes pour les chauffeurs.

Daniel Graf parle avec enthousiasme de son métier: «Nous disons souvent que nous avons le diesel dans le sang. Je crois qu’il faut une certaine passion pour travailler dans notre branche, sinon on ne tient pas très longtemps.» Et le succès rencontré lui donne raison. Cela fait en effet près de 63 ans que l’entreprise familiale de Niederbuchsiten (Soleure) fondée par son grand-père est active dans le transport du lait. «Notre activité principale est le transport de lait cru. Nous collectons le lait directement chez les agriculteurs pour ensuite le transporter dans les grandes laiteries», explique M. Graf. Cette collecte du lait a lieu tous les deux jours directement chez les paysans. Si, à l’époque de son grand-père, chaque camion transportait jusqu’à 430 boilles à lait par jour, cette tâche est aujourd’hui assurée par sept poids lourds équipés de citernes en acier inoxydable d’une capacité pouvant atteindre 18 000 litres.

Testimonial_Graf_Transporte_Continental_CPC_01

«Nous disons souvent que nous avons le diesel dans le sang. Je crois qu’il faut une certaine passion pour travailler dans notre branche, sinon on ne tient pas très longtemps.»

Daniel Graf, directeur de Graf Transporte

Pentes extrêmes, routes étroites et parfois chemins de terre: les différents défis des régions montagneuses de Suisse

Daniel Graf se retrouve lui aussi régulièrement derrière le volant. Il connaît donc très bien les obstacles particuliers qui jalonnent le quotidien du transport de liquides dans des régions montagneuses: «Pentes extrêmes, routes étroites et parfois chemins de terre qui ne sont pas toujours déblayés en hiver: ce sont les routes que nous parcourons au quotidien. Et avec les feuilles des arbres en automne ou la neige en hiver, ces mêmes routes peuvent vite devenir glissantes.» Dans de telles situations, un chauffeur doit pouvoir compter sur une pression et une température des pneus optimales, car avec une pression trop basse, ils subissent des charges plus importantes et chauffent donc pendant le roulement. Conséquences possibles: des pneus endommagés ou même une crevaison. Une situation potentiellement fatale, surtout en montagne. «Le système de contrôle de la pression des pneus me permet de définir une température précise que le pneu ne doit pas dépasser. Si un pneu dépasse les 80 degrés sur nos véhicules, je reçois un signal d’avertissement et je peux alors inspecter le pneu en question pour éviter un grave incident», explique M. Graf.

Tout sous contrôle, et ce tout le temps, avec le système ContiPressureCheck™

 «Le grand avantage du système ContiPressureCheck™? Il suffit de tourner la clé de contact pour disposer d’un aperçu de la pression et de la température de tous les pneus (même ceux des remorques)», explique M. Graf. Le système de contrôle de la pression des pneus de Continental est actif précisément là où les chutes de pression se produisent, à savoir à l’intérieur du pneu. Pour assurer cette fonction, un petit module avec capteur, système de communication et traitement de processus est collé dans un petit conteneur en caoutchouc sur la face intérieure de la bande de roulement du pneu. La pression et la température du pneu font ainsi l’objet de mesures régulières qui sont envoyées par ondes radios à un récepteur central (Electronic Control Unit – ECU). Celui-ci traite les données, enregistre les avertissements et les affiche directement sur l’écran du cockpit. «Si quelque chose ne va pas le matin, nous recevons un avertissement et pouvons donc immédiatement inspecter le pneu et le changer en cas de doute. Ceci nous permet de réduire les longs temps d’immobilisation et de rouler ainsi plus efficacement.»

Une plus longue durée de vie grâce au système de contrôle de la pression des pneus

Ancien apprenti mécanicien et chauffeur de camion, M. Graf est un grand bricoleur et a ainsi installé lui-même le système ContiPressureCheck™ sur un véhicule dans son propre atelier à des fins de test. Six mois plus tard, tous ses véhicules (remorques comprises) étaient équipés du système de contrôle de la pression des pneus de Continental. «Une pression optimale des pneus permet bien sûr aussi d’économiser du carburant, mais l’avantage principal pour nous réside dans le fait que nous roulons tout simplement en sécurité et que nos pneus s’usent moins rapidement. Nous pouvons ainsi assurer une durée de vie idéale à nos pneus. Certains de nos véhicules peuvent rouler en toute sécurité avec les mêmes pneus durant toute l’année. Nous atteignons même les 80 000 à 90 000 km par année.» La totalité de la flotte de camions et ses neuf chauffeurs parcourent en moyenne 500 000 à 550 000 km par an. Les trajets sont souvent identiques. «Nous nous rendons dans la même ferme un jour sur deux et entretenons ainsi des contacts agréables. Nous ne faisons pas que de rouler, remplir nos citernes de lait et repartir immédiatement. Nous discutons toujours avec les paysans s’ils sont présents et prenons même parfois un petit café et un bout de gâteau si nous avons le temps.» Certains aspects du métier ont certes changé depuis le premier chargement de lait il y a presque 63 ans, mais ce n’est sûrement pas le cas des bons contacts avec les producteurs de lait.

Testimonial_Graf_Transporte_Continental_CPC_02