Pneus Poids Lourd

ContiConnect™

Le fabricant de caoutchouc

Tous les caoutchoucs ne sont pas identiques. Plus de 10 000 nouveaux mélanges sont créés chaque année dans le laboratoire de Fred Waldner. Seuls les meilleurs finissent dans les pneus Continental.

article_66w_image1

Le caoutchouc brut naturel arrive en gros ballots marron des plantations de Thaïlande, Indonésie et Malaisie. Au centre de recherche et développement de Continental à Hanovre, Fred Waldner et son équipe transforment cette matière première en mélanges de caoutchouc sophistiqués pour pneus des véhicules à l'aide de formules innovantes et toujours plus sophistiquées. En attendant d'être utilisés, plus de 1500 ingrédients sont stockés sur les étagères et dans les armoires du laboratoire : caoutchouc naturel et synthétique de différentes qualités, matériaux de remplissage comme le noir de carbone ou la silice, antioxydants et adjuvants de fabrication, huiles et résines, ainsi que divers produits chimiques pour la vulcanisation.

Il existe au moins dix composants différents dans un mélange de caoutchouc, parfois même une vingtaine; Les formules sont créées par les collègues chargés du développement des matériaux. L'équipe de Waldner produit d'abord les mélanges à l'échelle d'un laboratoire, puis les échantillons sont testés à l'aide de chaque astuce du livre de recettes. Chaque mélange de caoutchouc est conçu pour un endroit particulier d'un type de pneu spécifique. Seules deux douzaines des 12 000 échantillons produits chaque année par le laboratoire de Waldner et ayant fait leurs preuves entrent réellement dans la composition des pneus.

Pépites de caoutchouc

Une des inventions les plus ingénieuses issues des chercheurs en matériaux a été présentée récemment par l'équipe de Waldner en relevant un défi particulier : du caoutchouc naturel ne provenant pas d'hévéas, mais de la sève de racines de pissenlit « Au lieu de gros ballots, le caoutchouc de pissenlit arrivait en pépites d'environ deux ou trois centimètres flottant dans un seau d'eau », se rappelle Fred Waldner en souriant. Même séché, le matériau était si souple qu'il arrêtait le malaxeur. « C’était bien simple, il coulait partout !»  Néanmoins, le laboratoire a réussi à en faire un bon caoutchouc. Depuis les premiers pneus en caoutchouc à base de pissenlit sont testés sur les pistes du Contidrom près de Hanovre.

Une science en elle-même

Fred Waldner a travaillé plusieurs années en tant que concepteur de matériaux pour les bandes de roulement des camions chez Continental avant de rejoindre le département des essais physiques de matériaux il y a cinq ans. « Le caoutchouc est l'un des matériaux les plus passionnants », explique Waldner, qui est titulaire d'un doctorat en chimie. « Il peut être moulé en trois dimensions dans son état naturel. » Après vulcanisation, il devient élastique, peut être allongé, puis reprendre sa forme d'origine. Et selon la composition du matériau, le caoutchouc peut avoir un effet plus résistant ou absorber davantage l'énergie. » Autrement dit, un mélange approprié a une influence majeure sur les fonctions du pneu. Par exemple sur les performances du freinage, qui doivent être les meilleures possibles pour accroître la sécurité, ou bien sur la résistance au roulement, qui doit être la plus faible possible pour diminuer la consommation de carburant.

Fred Waldner est aussi un passionné de caoutchouc pendant ses loisirs. Ce quadragénaire de 43 ans est un ardent joueur de tennis de table, un sport très high-tech selon ses propos. Il existe 150 revêtements différents pour les raquettes, le jeu est différent en fonction de chacun d'eux : « C'est une science en elle-même. » Et Continental apportera sa pierre à l’édifice dans un avenir proche. La société a convenu de coopérer avec un important fabricant de revêtements afin de développer un nouveau matériau. Il ne faudra pas attendre très longtemps avant de pouvoir entendre : jeu, set et match avec Conti !